Walcourt : sous les pavés, le PP

La vidéo est déjà partagée et commentée sur les réseaux : à Chastrès, petit village dans la commune de Walcourt, lors d’une réunion d’information, les habitants ne réagissent pas très… positivement à la future arrivé de 200 migrants. « Ce village-ci n’est vraiment pas approprié à une telle invasion », « Il n’y a pas de clôtures autour de nos maisons », «  Est-ce qu’on serait d’accord pour qu’on organise des milices privées ? » Ah ouais, quand même… Fantastique étalement de connerie, mais peut-on mettre cela uniquement sur le compte des effets malencontreux de la consanguinité ? Blague à part, à Walcourt, la haine de l’autre (enfin, la haine du « Mouloud ») ne date pas d’hier. En y regardant de plus près, on peut retrouver les traces brunâtres de l’extrême droite belge dans cette commune namuroise.

12190619_10208281736987794_629734397_o
Lors des élections 2014, L’Avenir notait que des percées étaient réalisées par des petits partis en province de Namur : « Le Parti populaire a été le plus performant dans le canton de Walcourt, où réside sa tête de liste Abel Gouverneur. » Ce dernier, tête de liste dans l’arrondissement de Dinant-Philippeville, est un ancien conseiller communal et échevin de Walcourt. En 2006 déjà, et alors au MR, il déclarait : « Dans le contexte actuel, laisser les frontières ouvertes est aberrant. » Pas de représentation politique du PP au conseil communal cependant, vu ses faibles scores en 2012. Mais avec les élections de 2014, le parti mauve et orange devient le 6e de la commune et atteint 7,92 % des voix, à 3 % du cdH (11,88 %) à la Chambre. Pire encore, la formation dépasse les 8 % à la Région, à seulement 2 % du cdH (10 %). On craint le pire pour 2018.
En fouillant un peu le web, ébailli devant les splendides vidéos éditées avec du Wagner (sérieusement), on tombe sur un certain Michel Delaunoy, responsable de la section locale pour le parti d’extrême droite. Ce dernier avait organisé un meeting du parti à Walcourt, le 29 janvier 2014. En tête d’affiche de la réunion, l’homme le plus respecté du Barreau, Mischaël Modrikamen, et le Goebbels de la météo, Luc Trullemans, soit le duo de pas-si-comiques à la tête du Parti Populaire. Prochaine étape : tournée belge de Marine Le Pen au centre culturel de Walcourt ?

ppwalcourt
Bon, bien sûr, ce foyer de blattes ne peut pas expliquer à lui-seul la recrudescence du racisme primaire. Et il n’est pas non plus question ici de sous-entendre que toute la commune est atteinte de fascéïte aigüe, ni de conclure que c’est le propre du village de campagne – il y a du blanc bleu belge bien raciste en ville aussi, demandez à votre oncle lors du repas de famille de Noël –, mais on peut néanmoins s’interroger sur le rôle qu’a joué le PP dans la diffusion de ses idées, au vu des réactions. Pour autant, la grande question demeure : est-ce que les cons ont rejoint le PP ou est-ce que le PP a engendré les cons ? Vous avez une heure.