On la connaît ta chanson, Parker ! (2/2)

Grâce à des lieux comme le Blues Sphere, le jazz est une musique qui peut perdurer à travers les époques. L’intérêt pour cette musique ne doit jamais être abandonné, et c’est pourquoi, ce mois-ci, Le Poiscaille vous renvoie à quelques films qui ont pour thème cette musique endiablée. De quoi réveiller Boris Vian d’entre les morts !

« A Spike Lee Joint ». Voilà ce qu’on peut lire à chaque début de film de Spike Lee, et ça annonce effectivement la couleur ! L’auteur de l’explosif Do the Right Thing (1989), du tendu Malcolm X (1992) et du très chaud Girl 6 (1996) s’aventure avec Mo’Better Blues dans le monde du jazz.

Bleek Gillian pratique la trompette depuis sa plus tendre enfance. A 32 ans, il a formé son propre quintette. Absorbé par sa passion, il manque d’attention envers son entourage. Il finit, notamment, par ne plus gérer sa relation avec Indigo et Clarke, ses deux maîtresses, qui ignorent toutes deux que Bleek joue un double jeu…

Spike Lee signe ici un hommage à la musique afro-américaine en général et au jazz en particulier. On passe d’une tranche de vie à l’autre, d’un personnage à l’autre sans que le fil conducteur soit spécialement tout le temps prégnant, comme si on évoluait d’un couplet à l’autre, d’un refrain à l’autre d’un morceau aux notes improvisées. La photographie aux couleurs chatoyantes (surtout les tons bleus et rouges) vient appuyer le côté old school d’un film décidément passionné par l’époque à laquelle il rend hommage.

Mo’ Better Blues de Spike Lee (1990). États-Unis. Avec Denzel Washington, Spike Lee, Wesley Snipes. Disponible en VHS en V.O. anglais non sous-titrée ou en VHS en version française à la Médiathèque de la Communauté française.

Une autre bobine dézinguée dans Le Poiscaille #31